LogTech new logoLogo Logtech Transparent
Accueil
Logo Logtech Transparent
J’aime ? Je partage !

Gestion et pilotage des flux logistiques : pourquoi et comment le faire ?

Le pilotage des flux permet de concilier deux éléments essentiels à la réussite de toute entreprise : la rentabilité d’un côté et la satisfaction client de l’autre. Il est donc incontournable. Explications.
publié le 07 avril 2020

Les enjeux d’une bonne organisation de la chaîne logistique sont nombreux et sa planification est complexe. Pour réussir la mise en place de processus de pilotage efficients, il est nécessaire de penser la supply chain dans sa globalité et faire participer les acteurs à toutes les étapes de celle-ci.

Quels sont les enjeux du pilotage des flux logistiques ?

Avant de commencer tout projet sur la notion de pilotage de flux, la chaîne logistique doit être pensée dans sa globalité, des fournisseurs aux clients en passant par les services et les produits. Il faudrait presque voir la supply chain comme un organisme où chaque étape ou élément est important et doit s’harmoniser avec le reste.

L’axe principal de ce travail de pilotage de la chaîne logistique est l’efficacité. Ainsi, c’est une forme de simplicité qui doit être recherchée. Par simplicité, nous voulons dire que l’identification et la suppression de tout gaspillage sont la base de cette stratégie.

Ainsi, nous pouvons identifier quatre enjeux majeurs du pilotage de flux :

  • La réduction des coûts
  • L’utilisation optimale des ressources
  • Une augmentation de la productivité
  • Une amélioration des délais et in fine l’amélioration de la satisfaction client

Comment mettre en place une gestion optimale des flux logistiques pour améliorer votre chaîne logistique ?

Après s’être posé la question du pourquoi, il est nécessaire de se demander comment mettre en place une bonne gestion de vos flux. Pour cela, vous allez devoir mettre en place ce qu’on appelle la cartographie des flux de valeur (CFV) ou Value Stream Mapping (VSM).

Si tous ces éléments vous semblent complexes, il est possible d’embaucher un spécialiste de l’optimisation des flux. En effet, pour le pilotage des flux, des parcours en pilotage des activités existent comme la licence professionnelle de la logistique et pilotage des flux. C’est un point important, car le management et l’ingénierie de la gestion logistique demandent un réel savoir-faire pour garantir des résultats optimaux.

Lorsqu’on parle de CFV, il s’agit de représenter schématiquement les différents flux logistiques de votre entreprise. De cette façon, vous allez pouvoir étudier en détail votre chaîne logistique puis mettre en place une stratégie adaptée.

La cartographie des flux se décompose en trois étapes :

  • La phase de cartographie à proprement parler
  • Une phase d’analyse
  • La mise en place d’actions correctrices
LogTech news Shiptify
L’info qu'un Directeur Supply Chain
doit avoir avant les autres.
PD9waHAKLy8gUEhQIENPREUgCgo/Pg==

Phase 1 : Cartographier vos flux

Cette phase est primordiale, car c’est sur elle que va se construire toute votre stratégie d’optimisation. Pour réussir cette étape, il est nécessaire de se baser sur la réalité et non sur les processus existants ou les rapports verbaux. C’est un travail qui, pour être efficace, doit être réalisé en profondeur et en totale transparence.

Ainsi, il vous faut visualiser la situation réelle de vos activités. Pour ce faire, observer en détail toutes ces activités qui composent vos flux logistiques.

  • Quelle est la nature de ces activités ?
  • Quid de l’ordre et du temps d’exécution ?
  • Quelles ressources avez-vous affectées à chaque activité ?

Une fois les informations listées, il faudra représenter schématiquement le flux physique ainsi que le flux d’information. Rien ne doit passer au travers de cet état des lieux complet de votre chaîne logistique.

Phase 2 : Analyser vos flux

Une fois les informations récoltées, il faut les analyser. C’est le but de cette seconde phase.

L’analyse de votre supply chain vise principalement à détecter le gaspillage. Pour cela, passez en revue tous les flux. Au sein de chaque flux, éliminez toutes les activités qui n’ont pas de valeur ajoutée.

Pour bien visualiser votre travail sur la conception et l’organisation de la chaîne logistique future, n’hésitez pas à créer un second schéma. De cette manière, vous pourrez comparer les deux organisations. Utilisez des couleurs différentes d’une carte à l’autre pour les éléments à optimiser pour gagner en visibilité.

Phase 3 : Mise en place d’actions correctrices

Enfin, pour que tout ce travail soit concret, il vous reste à identifier et mettre en place les actions correctrices nécessaires à la bonne gestion de la chaîne logistique.

Créez un planning pour ce projet logistique et inscrivez en détail l’ordre des actions à mettre en oeuvre. Pensez à prendre en compte les délais ainsi que les coûts d'exécution de ces actions correctrices.

Enfin, il faudra surveiller l’avancement de l’optimisation pour quantifier vos progrès. Des outils de contrôle doivent être mis en place. Nommez des responsables qui devront vous faire de manière périodique des rapports sur l’état de la situation.

Ainsi, vous pourrez suivre l’évolution de votre stratégie de pilotage des activités logistiques. L’important est bien de se placer dans une logique d’amélioration continue de vos process.

Comment mesurer la performance liée au pilotage des flux logistiques ?

Le responsable logistique, pour suivre la progression dans la nouvelle organisation des flux, doit mettre en place des indicateurs de performance ou KPIs. Cette mesure de la performance est fondamentale pour vérifier si les modifications apportées en termes de supply chain management sont efficaces.

Ces indicateurs de performances pourraient être établis tout au long de la chaîne de valeur de l’approvisionnement à la distribution en passant par la gestion des stocks en entrepôt et celle des flux sortants. Cependant, pour qu’ils soient réellement efficaces, les KPIs doivent être en nombre restreint et être très pertinents.

1. Le taux de satisfaction client

Le travail sur la chaîne d'approvisionnement, de production et de distribution vise à développer un avantage concurrentiel. Le meilleur avantage que vous pouvez posséder est celui d’un taux de satisfaction client supérieur à la concurrence.

Ainsi, le KPIs numéro 1 à surveiller est le taux de satisfaction client. Si le taux ne vous satisfait pas, tentez d’identifier les sources d’insatisfaction pour y remédier dans les plus brefs délais.

2. Qualité de prévision des ventes

Ensuite, votre capacité à prévoir le volume de vente est aussi un indicateur important. Vérifiez-la en comparant les prévisions de vente que vous avez effectuées avec vos ventes réelles durant une certaine période. L’idéal est d’utiliser la durée moyenne de votre approvisionnement.

Il existe une formule simple pour calculer votre précision :

            1 - (la somme des écarts absolus par article / la quantité totale vendue)

Vous obtenez un pourcentage indiquant la fiabilité de votre précision.

3. Niveau des stocks

Pour évaluer le niveau des stocks, il faut suivre le coefficient de rotation des stocks. Il varie et dépend autant de la saison, que de l’offre ou de la demande. Néanmoins, il démontre vos capacités d’anticipation et l’agilité de votre chaîne logistique.

Pour l’obtenir, il vous faudra diviser le coût d’achat des marchandises que vous avez vendu par le stock de votre entrepôt (au coût d’achat).

4. Productivité des opérations

Enfin, l’optimisation de la chaîne logistique et un pilotage efficace vise à renforcer votre productivité. Quel est le nombre de commandes envoyées par heure ? Tenez-vous les délais ?

Toute technique de gestion logistique doit prouver son efficacité par une augmentation de la productivité globale de votre supply chain. Le KPIs de la productivité des opérations est donc un incontournable.

La digitalisation de vos opérations peut justement vous permettre d'accroitre votre productivité. Certaines plateformes digitales de pilotage transport peuvent vous permettre d'optimiser la gestion et le pilotage de vos flux transports et de gagner jusqu'à 30% de productivité dans la gestion opérationnelle quotidienne.

J’aime ? Je partage !
Newsletter
Recevez chaque mois les meilleurs articles directement par e-mail
  • homemagnifiercrossmenu linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram